Aperçu sur l’utilité des profilomètres

Tout travail de précision exige également des outils adéquats pour éliminer les imperfections. C’est l’utilité de la métrologie et des divers équipements tels que les profilomètres. Ces appareils servent donc à la mesure de la rugosité d’une surface. Ces dispositifs ont été conçus pour détecter des saillies à l’échelle micrométrique.

Un instrument de pointe pour plus de précision

Assez peu connus par les simples particuliers, on trouve généralement les profilomètres dans les laboratoires ou dans les services effectuant un contrôle des pièces de très grande taille. Il s’agit donc de perfectionner un produit déjà en finition. C’est  pratique pour contrôler différents  éléments  après leur usinage. Il peut être de ce fait utile dans de nombreux domaines tels que l’industrie ou la construction. Le profilage, par conséquent, est possible dans chaque étape du circuit de production afin d’obtenir un résultat frôlant la perfection.

Dans ce cas, plusieurs variantes de profilomètres  sont à la disposition des professionnels. Le modèle hydrostatique est un outil de mesure fiable pour évaluer ainsi au nanomètre près des surfaces qui doivent être parfaitement lisses. Cet équipement est doté d’un capteur fonctionnant avec un liquide spécifique. Mais il s’agit d’un modèle assez rare. Les rugosimètres de contact restent jusqu’à aujourd’hui les plus répandus.

Les profilomètres les plus répandus : à contact ou optiques

Pendant de nombreuses années, les profilomètres à contact étaient les seuls outils permettant d’identifier les irrégularités micro-géométriques. Le fait que l‘on continue de s’en servir jusqu’à maintenant témoigne de leurs performances. Ces dispositifs sont dotés d’un système assez simple centré sur un stylet ayant une pointe en diamant. Les données collectées seront transférées à un ordinateur pour l’analyse. La plupart  des références et des unités de métrologie dimensionnelle ont été obtenues  grâce à ces équipements.

Mais l’expérience a démontré que ces appareils peuvent laisser des micro-rayures après leur passage. Aussi, on a cherché à corriger ce défaut. Les recherches ont notamment abouti à l’invention des profilomètres optiques à balayage ou matriciels. La première catégorie de rugosimètres  base ses analyses sur la réflexion de la lumière. La seconde est équipée d’un capteur CDD pour diviser la surface en plusieurs petits rectangles qui seront scrupuleusement étudiés.