Personne avec ordinateur et smartphone

Bourse : les valeurs bancaires s’effondrent et les investisseurs se tournent vers les CFD

Depuis le début de la crise du coronavirus, les bourses du monde entier ont beaucoup souffert. Parmi toutes les valeurs que l’on y trouve, ce sont les valeurs bancaires qui souffrent le plus. En à peine six mois, elles ont perdu en moyenne 50 % de leur valeur. Une catastrophe qui se répand à l’échelle mondiale et incite de plus en plus de particuliers à investir plutôt dans les CFD.

Les banques perdent leur hégémonie

Pour les banques du monde entier, la crise du coronavirus intervient dans une période déjà particulièrement tendue. Certes, depuis le début des confinements, l’indice sectoriel en Europe a chuté de 36 % alors que le CAC 40 n’a chuté que de 18 % en comparaison. Cependant, si les banques font une chute aussi vertigineuse, c’est aussi parce qu’elles ne peuvent plus autant compter sur le soutien de leurs clients.

La dématérialisation des services ces dernières années a participé à l’érosion de la fidélité des clients. Ils se sont habitués à la disparition de certains coûts. Résultat, quand ils doivent investir, ils préfèrent se tourner vers des solutions comme Saxo Banque et le trading de CFD pour ne pas payer chaque passage d’ordre.

Une situation corrélée à la pandémie

Néanmoins, si les politiques récentes des banques peuvent être partiellement responsables, il ne faut pas perdre de vue que la pandémie de coronavirus est la principale fautive. Pour s’en convaincre, il suffit de constater que l’effondrement des indices boursiers des banques dans le monde correspond parfaitement à l’intensité et à la gravité de l’épidémie dans les différentes régions du globe.

Ainsi, les banques espagnoles sont celles qui ont le plus souffert en Europe. Pourquoi ? Parce qu’elles travaillent étroitement avec les banques d’Amérique latine. Or, la région est devenue la plus touchée par l’épidémie et celle-ci n’y a pas encore atteint son premier pic. En France, c’est davantage la contraction du PIB qui serait responsable de la situation.

Quelles conséquences sur l’avenir de la finance ?

Parallèlement à cet effondrement des banques à l’échelle mondiale, les cryptomonnaies ne se sont jamais aussi bien portées. Le Bitcoin a une fois de plus dépassé les 10 000 € avant de redescendre comme à chaque fois. Cependant, au lieu de s’effondrer comme toujours après avoir dépassé cette barre symbolique, il reste désormais aux alentour de 9 500 €.

La crise actuelle pourrait tout à fait redessiner le paysage de la finance mondiale en accélérant la décentralisation. Les particuliers auraient alors l’opportunité d’investir plus librement, sur des plateformes de trading CFD et Forex ou dans les cryptomonnaies.