Energie : 12 millions de Français mauvais payeurs

L’hiver s’annonce plutôt mal pour les ménages en France tant Il est vrai que le pouvoir d’achat des Français continue de s’effriter. Aux dernières nouvelles, plus de 12 millions de Français ont des problèmes récurrents quant au paiement de leurs factures de gaz et d’électricité, cette année.

Ces chiffres proviennent de l’Observatoire National de la Précarité Energétique ou ONPE qui montre ainsi une situation d’autant plus alarmante que la promesse d’aide de l’Etat sous forme de chèque énergie ne pourra pas embellir la situation.

Problèmes de chauffage pour 6 millions de foyers

 10% des revenus de 6 millions de ménage sont affectés aux dépenses en énergie. Ou encore ils ont comme l’impression que le froid s’est installé sournoisement dans leur maison ou appartement.

La cause est entendue : mauvais système de chauffage ou défaillance de l’isolation.

Il faut rapidement procéder à des travaux de rénovation. Mais également, il faut penser à réviser à la baisse le prix de l’énergie. L’Observatoire propose 700 euros de baisse pour les factures.

 Dans une situation de précarité économique

En 2014, un rapport de cet organisme estimait que la précarité énergétique concernait 5,1 millions de foyers soit 11,5 millions de personnes issues de foyers qui ne peuvent pas s’acquitter normalement de leurs factures d’électricité et de gaz.

La grande majorité est constituée de locataires dont des personnes seules et des familles monoparentales. Cela concerne les immeubles anciens pourvus d’un unique chauffage central vétuste.

Pour aider les ménages à faible revenu, la loi sur la transition énergétique a été adoptée l’année dernière. Elle instaure un système de chèque énergie pour payer les factures de tout type d’énergie gaz, fioul, bois, électricité.

Il faut une aide plus conséquente

Cette loi encourage aussi les ménages à effectuer des travaux de rénovation en faveur des énergies renouvelables et de nature écologique.

4 millions de foyers seraient bénéficiaires de cette mesure d’ici 2018 qui va remplacer les tarifs sociaux de l’électricité et du gaz. Le montant du chèque énergie varie entre 48 et 227 euros par an, en rapport avec les revenus du ménage concerné.

C’est trop peu selon l’Observatoire. Il a fait son propre calcul. Et il a trouvé que la fourchette de 526 euros à 735 euros par an est plus réaliste lorsqu’on veut mettre réellement et concrètement fin à cette situation pénalisant socialement et économiquement les ménages modestes.