Divorcer à moindre coût

Le divorce est une période difficile pour les époux et les enfants. Il s'agit d'une décision importante ayant des conséquences sur l'organisation de la vie de famille. Pourtant, il est parfois préférable, y compris pour les enfants, de divorcer au lieu de vivre dans le conflit perpétuel. Cependant, certains époux préfèrent rester mariés faute de moyens financiers ou par peur de vivre seul.

Combien coûte vraiment un divorce ?

Pour savoir combien coûtera un divorce, il est déjà nécessaire de savoir pour quel type de divorce les époux auront opté. En cas de divorce conflictuel, les honoraires d'avocat seront beaucoup plus importants que dans un divorce par consentement mutuel. Le divorce à l'amiable est une procédure beaucoup plus économique même après la réforme opérée l'année dernière. Dans cette procédure extra-judiciaire – c'est-à-dire sans intervention du juge – il sera nécessaire de régler les frais d'avocat qui sont libres. Les honoraires d'avocats ne sont pas encadrés par la réglementation. Il est donc préférable de faire un devis pour connaître le coût de votre divorce. 

Ce devis peut se réaliser directement auprès du cabinet choisi ou par le biais d'un formulaire en ligne, ce qui vous évitera de devoir prendre rendez-vous et être contraint par des délais. Outre les frais d'avocat, vous devrez ajouter les émoluments dus au notaire. Le notaire est chargé de rendre exécutoire la convention de divorce et de l'enregistrer. Contrairement à votre avocat, le notaire ne peut pas fixer son tarif. Il sera tenu par des tarifs encadrés par la loi.  Il convient de noter que cette convention n'a pas à être enregistrée, ce qui évite les frais d'enregistrement de 125 euros conformément à la circulaire du ministère de la justice.

Comment financer son divorce ?

Même si un divorce par consentement mutuel n'est pas très onéreux, certains Français seront obligés d'avoir recours à un financement. Il existe des petites astuces pour obtenir rapidement son prêt. Mieux vaut avoir recours à un financement plutôt que de rester avec son conjoint par dépit. Il est important de rappeler qu'en cas de baisse de son niveau de vie en raison du divorce, il est possible de solliciter une prestation compensatoire à son conjoint. Il s'agit d'un élément à préciser à votre banquier lors de la demande de financement.