L’assurance emprunteur : ou la solution en cas de perte d’emploi

Aujourd’hui, face aux banques qui deviennent de plus en plus strictes pour octroyer un crédit à un particulier, il devient nécessaire de mettre toutes les chances de son côté afin de réussir sa demande.

La souscription à une assurance emprunteur est ainsi obligatoire pour espérer que votre demande de crédit immobilier ne soit refusée par les banques. Pour avoir une idée précise et des conseils pour trouver le meilleur taux, on peut alors avoir comme appui ce lien .Certains hésitent cependant à y faire appel. Et pourtant, outre le côté obligatoire de la chose, c’est aussi un moyen de pallier aux accidents en tout genre qui pourrait empêcher le respect des mensualités et d’éviter ainsi d’être inscrit dans la liste des interdits bancaires. Entre autres couvertures importantes dans le cadre d’une garantie pour un crédit, on compte l’assurance perte d’emploi.

Des conditions strictes pour y prétendre

Bien que très utile, notamment dans le contexte actuel en France, l’assurance perte d’emploi n’est pas ouverte à tout le monde. Afin de limiter leur perte, les assureurs prennent tout de même le temps de faire le tri entre toutes les demandes. Vous aurez moins de mal à obtenir ce type de garantie si vous avez un CDI et plus de 6 à 12 mois d’ancienneté dans votre actuel emploi.

Dit plus simplement, l’assurance perte d’emploi n’est pas disponible pour les chômeurs ou les travailleurs à temps partiels et saisonniers.

En outre, ce type de garantie n’est possible que si vous ne versez pas de cotisation ponctuelle au Pôle-emploi.

Et malgré tous les efforts qui visent une égalité des chances par rapport aux prestations financières et bancaires, l’assurance perte emploi n’est pas non plus une possibilité au-delà d’un certain âge. Ce qui défavorise alors les conditions de ces derniers lorsqu’ils souhaitent avoir recours à un crédit à la banque. Pour ce faire, il leur faudra trouver une autre solution, ou un autre établissement qui se montrera plus ouvert à traiter son cas.

Une couverture en cas de perte d’emploi

Si vous cadrez avec le profil imposé par les assureurs, vous serez avantagé face aux prestations bancaires. Et pour cause, l’assurance perte d’emploi est une couverture à toute épreuve. Elle assurera le versement de vos mensualités que ce soit après un renvoi inopiné ou une démission, et un licenciement collectif ou non.

Attention cependant, l’assurance émet généralement une limite à la prise en charge des dépenses mensuelles. Vous pouvez compter sur votre prestataire pour assurer le règlement de toute ou partie de la dette, et selon les conditions relatées dans le contrat initiale. Et quand votre situation sera stabilisée, vous devriez ensuite régler votre due à l’assurance.

Il faut aussi savoir que cette couverture entre peut-être en vigueur dès la signature du contrat, et passé le délai de réflexion de 14 jours, mais vous devez tout de même passer par ce que l’on appelle « la période de carence ». Il s’agit généralement d’un laps de temps de 3 mois à 1 an pendant lequel l’assurance ne pourra être utilisée.